Pathologies

Pathologies 2017-01-12T13:20:33+00:00

Vous avez des maux de pied et ne savez plus sur quel pied danser? Voici la liste des pathologies podiatriques les plus souvent observées en clinique, ainsi que les différents traitements possibles.

Fasciite plantaire, ou syndrome de l’épine de Lenoir

fasciiteLa fasciite plantaire, aussi appelée syndrome de l’épine de Lenoir, est une inflammation du fascia plantaire qui se caractérise principalement par des douleurs aux talons secondaires à un étirement ou des microdéchirures du fascia plantaire. Celui-ci est une membrane fibreuse qui s’attache au talon et va jusqu’à la base des orteils et qui contribue à former la cambrure du pied. Habituellement, le patient ressentira une douleur vive lors des premiers pas le matin ou à la suite de tout repos ou activité physique.

Les causes de la fasciite plantaire peuvent être nombreuses. On y trouve, entre autres, la pratique de sports sans préparation ou équipement adéquat, les mouvements répétitifs, la surutilisation, les pieds plats ou creux, le manque de flexibilité des mollets, un gain de poids rapide, le port de mauvaises chaussures et encore la marche ou la position debout prolongée sur une surface dure. Il est à noter que le vieillissement normal du fascia augmente sa fragilité, tout comme la présence antérieure d’un épisode de fasciite plantaire.

Il est important de veiller à corriger le problème le plus tôt possible, puisque le pied est sollicité à longueur de journée par la station debout et la marche, ce qui empêche la résorption complète des symptômes chez la plupart des gens et peut même dégénérer rapidement. Il est donc important de consulter votre podiatre dès l’apparition de ces symptômes, puisque le temps de guérison complète est plus long lorsque la blessure dure depuis plusieurs semaines, voire des mois. Votre podiatre posera le bon diagnostic et trouvera la cause de votre fasciite, en plus de vous indiquer le plan de traitement approprié à votre cas.

Lors de votre visite chez la podiatre, cette dernière vous évaluera et déterminera le traitement dont vous avez besoin. Elle pourra vous conseiller en matière de chaussures, vous prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens, faire un bandage de soutien (taping), vous prescrire une orthèse plantaire ou encore vous proposer une injection de cortisone.

Les oignons (hallux valgus)

oignonsLes hallux abductovalgus, communément appelés oignons, sont une déviation des os du gros orteil (métatarse et phalange) secondaire à différentes étiologies. En effet, les causes sont nombreuses.

L’origine peut être :
  • biomécanique (hypermobilité des os du pied, pied plat, pied creux, manque de flexibilité du mollet)
  • changement arthritique (arthrose, polyarthrite rhumatoïde, arthrite psoriatique)
  • neuromusculaire (paralysie cérébrale, Guillain-Barré)
  • traumatique
  • génétique (syndrome de Marfan, syndrome de Ehler-Danlos, syndrome de Down)
  • congénitale (histoire familiale dans près de 65 % des cas)
  • secondaire à une complication chirurgicale
  • La pression des chaussures peut accélérer le processus, mais ne cause généralement pas à elle seule la déformation.

Votre podiatre évaluera votre oignon pour déterminer le degré de sévérité de la déformation. Ainsi, elle vérifiera la qualité de mouvement du gros orteil et mènera les examens nécessaires pour vérifier l’alignement du pied. Il est possible que des radiographies soient nécessaires. Les traitements possibles sont les orthèses plantaires, la modification des chaussures, les coussinages et, ultimement, la chirurgie. Les traitements conservateurs sont toujours priorisés avant de considérer la chirurgie. Ils consistent à contrôler ou à limiter la progression de la déviation, et sont généralement suffisants pour contrôler la douleur.

N.B. Il existe également une forme juvénile d’oignon qui survient typiquement entre 10 et 16 ans. Pour ces cas, le traitement orthésique est fortement conseillé dès le début de l’apparition de la déviation.

Ongles incarnés (onychocryptose)

onglesincLes ongles incarnés sont un problème fréquemment observé en clinique. Pour le patient, il est difficile de traiter l’ongle incarné, car les tentatives de traitement à la maison risquent souvent d’aggraver le problème. C’est pourquoi une visite chez votre podiatre peut s’avérer pertinente afin d’éviter tout risque d’infection et de récurrence.
Au début, l’orteil présentera de la rougeur. Puis, avec le temps, l’infection peut se mettre de la partie, pour finalement former un granulome très sensible. Ne laissez pas votre ongle incarné dégénérer et ruiner votre qualité de vie!

En consultation, votre podiatre commencera par identifier la source de l’ongle incarné (mauvaise coupe, courbure excessive, chaussures, exostose sous l’ongle, etc.) et vous orientera vers le meilleur traitement. Parfois, une simple coupe avec une pince à ongles sera suffisante pour dégager le sillon, libérer la pression et permettre à votre orteil de récupérer. Cependant, on note que l’ongle incarné revient après quelques semaines chez la majorité des patients chez qui on a seulement coupé l’ongle sans brûler la racine.

C’est pourquoi une excision partielle permanente de l’ongle peut s’avérer une solution chez les cas qui perdurent depuis des mois ou même des années. Cette technique consiste simplement à couper une lisière de l’ongle (la partie qui entre dans la peau seulement) jusqu’à sa base, pour ensuite brûler la racine de cette partie de l’ongle. Cette procédure se tolère très bien et donne de bons résultats.

Verrue plantaire

verrue-plantaireLa verrue plantaire est un papillome bénin de la peau produit par le virus du papillome humain (VPH). Plusieurs raisons poussent les patients à faire traiter leur verrue plantaire : éviter la propagation de la verrue à soi-même ou aux autres ou encore éviter la douleur (certaines verrues sont indolores au début, mais peuvent être source de douleur avec le temps).

Les personnes les plus à risque sont les enfants, les adolescents, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Le virus se transmet par contact de la peau non protégée par des vêtements sur les surfaces contaminées, telles que sols de douche et piscines.

Puisque le virus est limité aux couches supérieures de la peau, il a un faible contact avec le système immunitaire et donc moins de chances de stimuler la production d’anticorps, ce qui explique en partie le haut taux de récurrence et la ténacité des verrues plantaires. Éviter de marcher pieds nus dans les douches publiques et porter des chaussettes en tout temps demeure la meilleure façon de prévenir l’apparition de ces lésions.

Il est important de traiter la verrue plantaire dès son apparition. À la suite d’un diagnostic de verrue plantaire, votre podiatre pourra facilement vous conseiller le bon traitement.

Les verrues plantaires sont malheureusement souvent confondues avec les cors. Un mauvais diagnostic engendre inévitablement un mauvais traitement et peu de résultats. En consultant votre podiatre, vous veillerez à traiter le bon problème.

Pied d’athlète (tinea pedis)

pied-athleteLe pied d’athlète est une infection fongique (champignons) de la peau. Il est assez fréquent et surviendrait chez 30 % de la population au moins une fois dans sa vie. La chaleur, la noirceur et l’humidité sont les conditions idéales permettant aux champignons de se multiplier rapidement.

La transmission se fait facilement dans les vestiaires sportifs, les sols de douche, les carreaux de céramique de bain, les chaussettes, les chaussures et les serviettes.

On trouve quatre types de pied d’athlète :
  1. vésiculaire : très petites ampoules
  2. intertrigineux : entre les plis des orteils
  3. hyperkératosique : avec callosités (corne) chroniques et résistantes
  4. écaillement sévère avec inflammation

Il est important de consulter votre podiatre, puisque plusieurs autres conditions peuvent facilement être confondues avec le pied d’athlète : réaction inflammatoire et auto-immunitaire (dermatites de contact, eczéma, psoriasis, lichen plan), verrues, parasites, érythrasme et génétique (kératodermie).

Champignons sur les ongles (onychomycose)

ongle-incarneL’onychomycose est une infection des ongles par un champignon. Bien que le gros orteil en soit le plus fréquemment atteint, l’infection peut toucher n’importe quel ongle d’orteil. Les champignons prolifèrent dans un environnement chaud, humide et sombre, comme les chaussures. C’est pourquoi l’onychomycose guérit rarement sans traitement et tend souvent à se disperser sur plusieurs ongles au fil du temps.
Au-delà des risques de dommages permanents aux ongles, les personnes dont le système immunitaire est affaibli (patients diabétiques, personnes âgées, etc.) et qui négligent ce problème s’exposent au risque, entre autres, de contracter le pied d’athlète sévère, une cellulite ou des problèmes médicaux beaucoup plus graves.

L’onychomycose peut se présenter sous différentes apparences puisque plusieurs sortes de champignons peuvent causer l’onychomycose.

N’hésitez pas à consulter dès les premiers signes d’infection : un changement de couleur ou de texture, un décollement ou un épaississement de l’ongle. Votre podiatre saura vous guider vers le bon diagnostic, le bon traitement et vous indiquera comment prévenir ce type de problèmes.

Pied diabétique

pied-diabetiquePour les patients diabétiques, il est très pertinent de consulter la Clinique podiatrique Vaudreuil afin d’avoir une évaluation neurologique et vasculaire.

Une visite à la clinique permettra de diminuer le risque d’ulcération grâce au traitement des callosités, de conseiller au patient la bonne chaussure, de traiter les ulcères par débridement, pansements, orthèses accommodatives ou botte de décharge. Les diabétiques sont plus à risque de développer des ulcères de pression, et ce, pour plusieurs raisons.

À long terme, le diabète peut engendrer :
  • une perte de sensibilité aux pieds (neuropathie) qui masque la douleur des pressions et des blessures
  • une insuffisance vasculaire
  • des changements moteurs : les petits muscles intrinsèques du pied peuvent être affectés et causer des orteils marteaux qui augmentent les points de pression à l’avant-pied, augmentant par le fait même les risques d’ulcération
Quelques données intéressantes :
  • Plus le taux de sucre dans le sang (glycémie) est mal contrôlé, plus les chances de développer une neuropathie augmentent
  • De 40 à 50 % de la population diabétique deviendra neuropathique dans les 10 premières années de la maladie
  • La neuropathie peut se traduire par des sensations de brûlure, des fourmillements ou des engourdissements des pieds
  • Près de 45 % des cas d’amputation sur le membre inférieur concernent les patients diabétiques
  • On estime à 85 % le taux d’amputation au membre inférieur qui pourrait être prévenu par une approche interdisciplinaire
Que fera le podiatre pour vous?
  1. Évaluation sensorielle : tests pour voir si vous avez une perte de sensation protectrice
  2. Évaluation dermatologique : examen attentif du pied, des ongles et entre les orteils des sites potentiels d’ulcération : blessure, sécheresse/humidité, callosités, infection fongique, verrue
  3. Évaluation vasculaire : vérification du pouls périphérique, de la température du pied, du temps de remplissage des capillaires, etc.
  4. Évaluation motrice : analyse de la démarche, vérification de l’amplitude de mouvement, évaluation des déformations osseuses et articulaires (orteils marteaux ou orteils en griffes, pied de Charcot, etc.)
  5. Vérification de vos chaussures :
    • Le renfort du talon est-il adéquat?
    • La largeur de la chaussure est-elle adéquate pour vos pieds?
    • Y a-t-il des coutures à l’intérieur?
    • Le matériel souple est-il assez souple?

    On recommande fortement aux diabétiques de porter une bonne chaussure en tout temps, même dans la maison.

  6. Soins des pieds complets : débridement des cors et des callosités, coupe et amincissement des ongles, application de crème hydratante. Votre podiatre prendra le temps de vous expliquer les soins adéquats à porter à vos pieds et vous aidera donc à prévenir les complications podiatriques associées au diabète.

Saviez-vous que le retrait de la corne à l’aide d’une lame chirurgicale diminue de 30 % la pression appliquée sur la peau et diminue ainsi considérablement le risque d’ulcération?

Névrome de Morton

nevromeLe névrome de Morton est une fibrose périneurale causée par l’irritation répétitive du nerf et se traduit par une sensation de brûlure, un engourdissement ou des décharges électriques à l’avant-pied pouvant irradier jusque dans les orteils. Cela donne parfois l’impression que le bas est mal placé ou qu’on a une masse sous l’avant-pied.

La douleur apparaît à la marche et est généralement soulagée par le repos. Elle réapparaît à la moindre activité physique.

Différentes causes du névrome de Morton :
  • mauvais type de chaussures (les chaussures étroites augmentent considérablement les forces compressives)
  • traumatisme répété (pression)
  • biomécanique fautive (pieds pronatoires, hypermobiles, etc.)

Traitement : À la suite de son évaluation complète, votre podiatre pourra vous conseiller le traitement le plus approprié à vos besoins.

Les traitements les plus communs :
  • Changement du style des chaussures
  • Détection et élimination des sources de pression répétée
  • Prise d’anti-inflammatoires oraux
  • Injections de cortisone
  • Contrôle biomécanique par orthèses plantaires Cryos
  • Dans de rares cas, votre podiatre peut vous recommander une chirurgie si tous les traitements possibles ont été essayés en vain.

Problèmes touchant les enfants

enfant

  • Pieds plats
  • Pieds vers l’intérieur
  • Douleurs de croissance
  • Genoux cagneux
  • Différentiel de longueur de jambe
  • Oignons juvéniles
  • Entorses à répétition